top of page
  • Dr Thomas Baltazard

Le traitement des cancers cutanés avec la photothérapie dynamique

Updated: Apr 7, 2021

Certains cancers cutanés superficiels ou peu invasifs peuvent être traités par l’émission d'une énergie lumineuse spécifique. Simple et rapide, cette technique peut éviter la réalisation d'une chirurgie parfois importante et préserver ainsi l'aspect esthétique.



carcinome basocellulaire superficiel ulcéré, cancer de la peau

Le cabinet est équipé d'une lampe LED (Aktilite CL 128 - Galderma) qui permet de réaliser des séances de photothérapie dynamique. La Photothérapie dynamique (PDT) est une technique récente qui permet d’éviter la chirurgie pour certains types de cancers cutanés (carcinomes basocellulaires superficiels, maladies de Bowen). Elle peut aussi être une méthode alternative à la cryothérapie des lésions précancéreuses du visage (kératoses pré-épithéliomateuses), en particulier si elles sont nombreuses ou de grande taille.

Elle consiste à appliquer une crème contenant un médicament qui est absorbé sélectivement par le tissu malade. Puis, sous l’effet de l’illumination avec une lumière rouge (LED), la crème devient active et détruit de manière ciblée les cellules anormales. La peau saine qui entoure la lésion n’est pas touchée. Une ou plusieurs séances sont nécessaires selon le type de lésion.

Comment se déroule la séance ?

Dans un premier temps, le dermatologue gratte superficiellement la surface de la lésion avec une curette. L'utilisation du laser CO2 peut également être réalisée afin de favoriser une pénétration plus profonde de la crème. La crème est ensuite appliquée et doit rester en place sous pansement opaque à la lumière pendant 3 heures.

Au bout de ces 3 heures le pansement et l’excédent de crème sont enlevés puis la lésion est exposée à la lumière rouge. La durée d’exposition dure en moyenne 8 minutes. Une à plusieurs séances sont nécessaires selon le type de lésion à traiter.

Durant l’illumination les yeux sont protégés par des lunettes opaques. L’illumination peut être légèrement douloureuse, nécessitant la pulvérisation d’eau fraîche ou l'application d'un jet d'air froid. Parfois la douleur peut être plus importante (surtout si la surface à traiter est grande) ; le dermatologue peut alors effectuer une anesthésie locale.

Quelles sont les suites?

Dans les jours qui suivent la peau devient rouge. On observe parfois des croûtes ou un œdème. Il convient d’appliquer une crème cicatrisante pendant une semaine, recouverte d’un pansement pour protéger de la lumière les 24 premières heures suivant la séance. La rougeur persiste une à deux semaines, rarement plus.


Il est recommandé de faire 1 à 2 séances. Parfois d'autres séances peuvent être proposées selon le type de lésion.

Commentaires


bottom of page